Ce qu’il faut savoir sur l’immigration en Europe

L’immigration des travailleurs étrangers vers les États européens a été caractérisé à partir de 1960 par un doublement du nombre de travailleurs étrangers en Europe occidentale, ce mouvement s’étant surtout produit en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.

À partir du premier choc pétrolier qui s’est produit à l’automne 1973, ce phénomène s’est réduit, mais les pays européens ont délivré de nombreux permis de séjour pour faciliter les regroupements familiaux.

immigration europe

Par ailleurs, les États européens ont dû faire face à une forte augmentation des demandes d’asile à partir de la fin des années 1980. En effet, près de 700 000 personnes ont formulé une demande d’asile en 1992, ce chiffre ayant baissé jusqu’en 1997 pour repartir à la hausse à partir de 1998. Cette situation s’explique par les conflits armés qui se produisent dans de nombreux pays et qui obligent les obligations civiles à émigrer pour ne pas se trouver en danger. Ainsi, le Royaume-Uni a dû répondre à de nombreuses demandes d’asile formulées par des personnes en provenance de l’Afghanistan, de la Yougoslavie, de la Chine, du Sri Lanka, de la Pologne et de la Somalie. Il en résulte que si l’Europe tient à maîtriser les flux migratoires, elle devra renforcer son aide au développement et accepter dans certains cas d’accorder des remises de dettes aux États africains incapables de rembourser. En outre, elle devra trouver de dispositions pour assurer le maintien de la paix en intervenant dans la prévention ou le traitement des conflits.

À l’heure actuelle, l’Europe doit adopter une politique de gestion de l’immigration tenant compte de la nécessité de lutter contre l’immigration clandestine et de faire face au vieillissement de la population. En effet, les dirigeants européens constatent que le maintien de l’équilibre des systèmes de retraite par répartition est de plus en plus difficile à cause de la baisse du nombre de cotisants et de l’accroissement du nombre de retraités. En conséquence, il faut importer de la main-d’œuvre supplémentaire pour que ce problème soit résolu au moins partiellement.

Pour répondre à tous ces impératifs, les Européens ont notamment signé la convention de Dublin en vue d’harmoniser les modalités d’étude des demandes d’asile et ils ont harmonisé leur politique de lutte contre l’immigration irrégulière en concluant les accords de La Haye. Toutefois, certains pays tardent à appliquer les décisions prises au sein de l’Union européenne, ce qui favorise l’immigration clandestine et le travail non déclaré.

Photo par looking4poetry

Les 5 langues les plus parlées dans l’Union Européenne

langues les plus parlées dans l'Union EuropéenneL’Union européenne compte plus de 500 millions de personnes, réparties dans 28 pays. De nombreuses langues sont maniées quotidiennement par ces multiples habitants : 35 langues officielles, auxquelles s’ajoutent près de 225 langues secondaires, qui ne sont pas considérées comme officielles par leur pays ; il s’agit notamment de langues régionales, telles que le basque, le gallois, le breton.

La langue maternelle la plus parlée est l’allemand, avec 16% d’Européens concernés ; puis viennent l’anglais et l’italien, représentant chacune 13%, suivies de près par le français, avec 12%, puis de l’espagnol, qui se trouve à égalité avec le polonais, avec 8% d’Européens concernés pour chacune d’elle.

Si vous avez besoin d’établir des relations professionnelles avec l’Union européenne, vous serez certainement confrontés à l’une de ces cinq principales langues. Si vous ne les maîtrisez pas parfaitement, il est important de faire appel à une société de traduction, plutôt que d’essayer de tâtonner pour comprendre vous-même la langue et vous exprimer dans celle-ci. En effet, vous risqueriez de passer à côté de nombreuses subtilités de langage, de mal faire passer les nuances linguistiques que vous souhaitez, ce qui, finalement, nuirait à vos relations. Grâce à des traducteurs certifiés et compétents, vous transmettrez ainsi des documents tels que vous les écririez vous-mêmes dans votre langue maternelle. Si vous habitez ou travaillez à Montréal ou ses environs, cliquez ici pour en savoir plus.

On constate que ces statistiques bousculent certaines idées reçues. On considère généralement que l’anglais est la langue la plus répandue ; mais ce n’est donc pas le cas au sein de l’Union européenne, où cette place est occupée par l’allemand. En effet, les pays les plus peuplés ayant l’anglais comme langue officielle ne sont pas situés en Europe : l’Inde, les États-Unis, les Philippines et le Pakistan. En revanche, l’allemand est la langue officielle de plusieurs pays européens : l’Allemagne, l’Autriche, le Liechtenstein, la Suisse, le Luxembourg et la Belgique.

Toutefois, lorsqu’on demande aux Européens s’ils sont capables de converser couramment dans une langue étrangère, un peu plus de la moitié d’entre eux répondent de manière affirmative. L’anglais occupe alors la première place des langues étrangères les plus parlées, avec 38%, suivie par le français, l’allemand, l’espagnol et le russe, avec respectivement 12%, 11%, 7% et 5%.

Parcourir l’Europe en voiture : quelles sont les formalités administratives à respecter ?

Parcourir l'Europe en voitureVous souhaitez parcourir toute l’Europe avec votre auto, nouvellement acquise chez le concessionnaire subaru. Attendez-vous alors à vivre des moments extraordinaires. Vous aurez en effet l’occasion d’apprécier la richesse et la diversité des cultures du vieux continent. Mais avant d’y aller, remplissez ces formalités administratives.

Faites le point sur les documents à avoir sur vous

Le passeport est la première de ces pièces. Vous devez vérifier sa régularité avant de démarrer votre subaru wrx 2015. À jour, il vous permettra de traverser les frontières sans que vous soyez tenu de vous soumettre à d’autres procédures.

Acquérez les visas adaptés

En tant qu’étranger, le visa prouve que vous êtes autorisé à entrer dans un pays. Vous limiterez vos démarches en demandant un visa Schengen. Celui-ci vous accorde en effet le droit de circuler dans les 26 pays membres de l’Union européenne signataires de la convention de Schengen. Une fois que ce précieux document est en votre possession, vous pourrez solliciter les visas d’autres pays d’Europe comme la Russie.

Traitez convenablement la question du permis de conduire

Dans la plupart des pays de l’Union européenne, le permis de conduire obtenu dans votre pays pourra vous servir pendant 12 mois au maximum. Si vous devez étendre votre itinéraire aux pays de l’est, notamment à la Russie, un permis international sera nécessaire pour circuler en toute liberté.

Souscrivez des assurances adéquates

Avec votre statut de pèlerin, vous ne pourrez pas penser sereinement aux solutions qu’exigent pare exemple les problèmes de santé éventuels auxquels vous pourrez être confronté. Aussi, vous devez souscrire des assurances qui conviennent à votre statut de personne voyageant en voiture. Bon nombre de compagnies d’assurances offrent des contrats qui intègrent des caractéristiques adaptées à votre cas.

Ne négligez pas les précautions à prendre à la banque

Renseignez-vous auprès de votre institution bancaire pour connaître les possibilités qu’elle vous offre dans les différents pays à traverser. Identifiez à l’avance les moyens de paiement et de retrait d’argent à votre disposition à chaque destination pour éviter les situations désagréables. Afin de bien organiser votre budget, cherchez à connaître en détail les frais à prélever par la banque, si vous possédez une carte utilisable à l’international.

Mettre en ordre les pièces d’identité, acquérir un permis international, souscrire une assurance santé convenable, telles sont les formalités administratives majeures à remplir avant de vous engager dans un périple européen. Pensez-y.

Top 5 des pays d’Europe les plus visités en 2014

L’Europe est non seulement le berceau de la civilisation occidentale mais c’est aussi une zone de la planète particulièrement gâtée par la nature et le climat. Il n’est donc pas étonnant de retrouver dans le top 5 des pays les plus visités au monde l’an dernier 3 pays européens, la France, l’Espagne et l’Italie. Et cette tendance est durable au cours de la dernière décennie, de quoi assurer dans nul doute qu’en 2014, la tendance sera rigoureusement la même.

 

La France en tête
Avec plus de 80 millions de touristes recensés en France en 2012, la France reste le premier pays visité en Europe, et dans le monde d’ailleurs très loin devant les Etats-Unis. Il faut dire que notre bon vieux pays possède d’innombrables atouts. Un pays chargé d’Histoire comme la France conserve en effet des témoignages éloquents de son illustre passé, des innombrables châteaux ou monuments et symboles qui font la renommée de la France comme le château de Chambord ou la Tour Eiffel. Mais la France, c’est aussi des régions exceptionnelles où il fait bon séjourner comme la région Rhône-Alpes et sa capitale des Gaules aux nombreux atouts tant touristiques que culinaires. Les touristes étrangers adorent d’ailleurs y passer quelques jours et séjourner dans les hôtels Lyon de Campanile à l’occasion de leurs vacances dans la région. Il serait difficile d’énumérer les endroits dignes d’intérêt dans le pays tant ils sont nombreux et prisés par les touristes du monde entier mais Paris demeure l’étape incontournable, au même titre que la Côte d’Azur, la Normandie ou la Bretagne.

 

Les pays de la Méditerranée

En seconde position du palmarès européen, on trouve l’Espagne et ses trésors du patrimoine de l’humanité. L’Andalousie vaut à elle seule plusieurs déplacements dans un pays particulièrement accueillant et à la cuisine réputée. Madrid, Barcelone, Tolède, Grenade, Cordoue, Séville sont autant de joyaux à visiter et à revisiter sans modération. Tout de suite derrière l’Espagne, la belle Italie sait aussi ce que signifie beauté naturelle et sites somptueux. Ses innombrables cités sortant tout droit de l’Histoire aux trésors architecturaux et culturels incroyablement bien conservés font de la botte italienne un lieu incontournable en Europe. Et les touristes ne s’y trompent pas en venant en masse chaque année profiter de ses lieux magiques et de sa célèbre cuisine réputée dans le monde entier. Aux confins de l’Europe et du proche-orient, la Turquie est aussi un lieu chargé d’Histoire qui a vu naître comme la Grèce la civilisation occidentale. Les vestiges des comptoirs grecs situés sur la cote méditerranéenne peuvent en témoigner. La Turquie c’est déjà le charme de l’orient à quelques encablures de l’Europe, là où précisément les 2 mondes se croisent en quelque sorte.

La Grande-Bretagne

Pour clore le top 5 des destinations européennes les plus prisées des touristes, il faut citer la Grande-Bretagne et sa capitale mythique et incontournable Londres. Ville internationale au dynamisme reconnue, Londres est certainement pour beaucoup dans le succès touristique du Royaume-Uni. Mais, on ne saurait passer sous silence, les autres magnifiques atouts des îles britanniques comme le sud de l’Angleterre et les Cornouailles, les Midlands, le pays de Galles ou l’Ecosse, une grande bouffée d’oxygène en Europe.

 

photo par: girolame

Les 5 points forts de la diversité culturelle en Europe

A l’image du melting-pot américain, la diversité culturelle en Europe présente de nombreux atouts et avantages. Voici 5 points forts qui peuvent être associés à la diversité culturelle européenne.

L’apport des langues étrangères

Il existe déjà différentes langues européennes: l’anglais, le français , l’espagnol, l’allemand …mais la diversité des langues ne s’arrête pas là. Avec l’intégration des citoyens du monde venus des cinq continents, de nouvelles langues sont couramment parlées au sein de l’Europe. Tant que ces langues ne sont pas enclavées dans des communautés, elles demeurent un atout pour un européen. La diversité des langues pratiquées en Europe est assez représentative de la diversité culturelle et permet à une majorité d’européens d’êtres de véritables polyglottes et de parler couramment plusieurs langues. Un point fort indéniable.

cultutal diversity

La diversité culturelle favorise les échanges

La diversité culturelle favorise les échanges de savoirs (savoir-faire et savoir-être). Le programme Erasmus permet à des étudiants de faire une partie de leurs études supérieures à l’étranger. La plupart reste en Europe et se rendent donc dans les pays voisins. De même que des étrangers viennent étudier dans les pays européens. Tous ces échanges de savoirs participent à la grandeur de l’Europe et en font encore un continent leader par rapport au reste du monde.

Développer les capacités d’adaptation

Pour les personnes étrangères qui viennent vivre en Europe, le choc culturel est parfois impressionnant ! Il faut apprendre une nouvelle langue, vivre selon un autre rythme, s’adapter à des climats différents. Plus la personne venue hors d’Europe va s’intégrer dans son pays d’adoption plus elle va en découvrir les subtilités. Par exemple que la France possède un système de protection sociale important, que le coût de la vie en Suisse est très élevé mais offre un cadre de vie intéressant etc…
Ainsi, la diversité culturelle, c’est aussi assimiler les coutumes d’un pays tout en apportant sa propre différence.

Apprendre à bien vivre ensemble

La diversité culturelle nous interpelle également dans notre philosophie de vie personnelle. On doit apprendre à mieux vivre avec les autres, accepter la ou les différences, être plus tolérant et ouvert. C’est ainsi que des associations d’amitiés entre pays se créent par exemple, les associations d’amitiés franco-polonaises, franco-slaves.

Respecter les croyances et religions de chacun(e)

Qui dit diversité culturelle dit diversité des croyances, des religions, des coutumes.
C’est un sujet complexe mais qui peut déboucher sur de belles unions entre les différentes communautés. Évidemment, la laïcité est au cœur de la diversité culturelle et religieuse. Pour la France par exemple, rappelons que le terme de laïcité ne veut pas dire « rejeter » toutes les religions mais au contraire accepter toutes les religions tant qu’elles n’empiètent pas sur les libertés, les droits et les devoirs de chacun(e).

Photo par Saint Louis University Madrid Campus

Les statistiques de l’immigration en Europe

Les élections, qui se sont déroulées récemment à travers toute l’ Europe, ont donné lieu à des campagnes diverses, selon les partis et multiples forces politiques en présence. Et la crise économique, dont l’ Europe n’est pas guérie, amène de nombreux politiciens à se questionner publiquement sur la problématique de l’ immigration en Europe.

immigration

Celle-ci se divise en deux pans principaux. D’une part, il s’agit tout naturellement des migrants d’ états non européens. Et parmi eux, une distinction est rapidement établie entre ceux qui franchissent les portes de l’ Europe légalement et ceux qui s’introduisent sur le territoire d’un état membre de façon clandestine.

L’ immigration clandestine est, de par sa nature, bien plus difficile à quantifier. Cependant, l’ agence Frontex, en charge de la coordination de la politique des états aux fins de régulation de l’immigration, indique clairement une hausse de près de 50 % des immigrés détectés, entre 2012 et 2013. Il faut néanmoins indiquer que les chiffres de 2012 étaient particulièrement bas, en comparaison à 2009 ou 2010. Cet important détail permet de relativiser le pourcentage, qui reçu de manière brut, peut revêtir des allures inquiétantes. Depuis la mise en place des accords de Schengen, la problématique de l’immigration européenne est entré dans une nouvelle sphère. En effet, le principe de la libre circulation des personnes, et la disparition des postes et des contrôles aux frontières induit qu’une fois réussi à franchir une frontière extérieure, l’ immigré aura tout loisir de se déplacer à travers toute l’ Union européenne. Les événements, qui ont boulversè le monde arabe, avaient ainsi conduit le gouvernement italien à accorder, à plusieurs centaines de réfugiés tunisiens, un visa de six mois. Cette décision avait inquiété le gouvernement français, qui avait réagi en décidant de rétablir temporairement les contrôles à la frontière entre les deux pays.

L’ immigration au sein même de l’ Union européenne est également source de tension. En effet, au sein de nombreuses villes de France, se sont développés des camps aux allures de bidonville, en périphérie. Les ressortissants des pays de l’ est membre de l’union sont effectivement libres de circuler également comme bon leur semble, et la situation n’est pas toujours des plus simples.

Photo par jvoves